Paroles d’auteur

Page

IMG_2490

A TIRE D’ELLES

Femmes, mes sœurs, jouissantes ou en passe de le devenir, sans plus de diktats ni de carcans, soyez les bienvenues ! Vous qui avez le sexe joyeux, désencombré des clichés que nos amis les hommes nous ont trop souvent collé à la peau et à la chatte, ces pages vous sont dédiées.

Oui, nous aimons le sexe, nous en parlons. Oui, entre femmes, nous osons le dire, l’écrire, en rire et le lire, le regarder, échanger nos petites recettes pour faire bander Jules ou le surprendre. Que nous soyons hétéro, bi, homo, libertine, orientée S.M ou bizarre, nous aimons le sexe dans tous ses états, loin des pesantes contraintes que des siècles de tradition judéo-chrétiennes nous ont imposées.

Si la Merteuil a été vaincue, symboliquement vérolée et mise au ban de la société, il nous appartient de réhabiliter toutes les femmes qui osent être elles-mêmes, qui s’affirment en tant qu’êtres sexués, libres de l’être et d’en jouer, d’en jouir. La liberté éclairant le monde, guidant de sa flamme haut levée tous les êtres aspirant à venir à elle est bel et bien une femme, l’allégorie comme son nom l’indique est clairement féminine.

Vous qui savez où est votre point G (si Monsieur s’appelle Gérard et vous fait grimper aux rideaux) ou bien si vous avez envie d’empailler Maurice qui n’a jamais su trouver votre point M en s’obstinant à cent fois remettre sur le métier sa coquillette défaillante, si vous vous posez l’existentielle question « Pourquoi moi ? », si vous avez envie d’élever le débat en lui faisant lever haut sa baguette pour qu’il orchestre enfin les symphonies de vos nuits câlines ou échevelées, si vous avez envie de croiser des points de vue de femmes sur l’érotisme et toutes ses nuances, alors, vous êtes bien à la bonne adresse, à commenter et partager ça va de soi.

Ici, pas d’esprit féministe revanchard de pasionarias – gloire leur soit rendue tout de même – face à « Toutes des salopes »,  mais des échanges, des idées et des textes exposés en toute liberté, avec amour, avec tendresse, avec sérieux, avec humour, avec culture (en un seul mot) et surtout… avec luxure ! Proclamons avec Jean-Louis Bory : « Gourmandise, paresse, luxure : ce sont les trois vertus cardinales, les vertus de la fête. Le Paradis sur terre. »  (Ma Moitié d’Orange,  Julliard, 1989)

Au fait, Robert, mon chéri, si d’aventure ta souris malicieuse (pas moi, celle qui ne quitte que rarement ta main) ou ton Smartphone t’amènent ici d’un clic, tu es le bienvenu. Qui sait, tu y trouveras peut-être enfin ce que se racontent les femmes, ce qu’elles écrivent quand le PSG ou l’invité politique du J.T te fait hurler devant ta télé en renversant ta bière sur le tapis du salon… Aragon vous l’avait bien dit, messieurs: L’avenir de l’homme est la Femme ! (Le fou d’Elsa)

Julie-Anne de Sée

Julie-Anne, auteur vu par Thomas Galley:

La Bauge Littéraire

 » (…) Quel charme par contre chez Julie-Anne de Sée, quelle finesse dans les observations, le tout couronné par un usage suprême du français qui fait de cette lecture épicée un véritable régal. »

Portrait, par Lilly:

Oh My Lollipop !

L’écriture érotique

« L’érotisme est l’une des bases de la connaissance de soi, aussi indispensable que la poésie »

Anaïs Nin.

Enfant unique et très solitaire d’un couple déjà âgé, c’est  précocement que je me suis tournée vers la lecture et l’écriture. J’y trouvais des cocons dans lesquels je m’enfermais et m’évadais à la fois.  L’amour des livres, celui des beaux livres aux reliures ouvragées que l’on caresse comme la peau de femme me fut transmis très tôt, la bibliothèque paternelle toute grande ouverte à ma curiosité.

J’étais une petite fille encore quand mes premiers poèmes furent publiés dans le journal de mon école. Ce fut alors, je crois, que prit forme le rêve d’être écrivain un jour. Les petites filles jouent à la poupée, moi, je racontais déjà des histoires que je couchais sur le papier aux miennes.  D’aussi loin qu’il m’en souvienne, les livres et les auteurs étaient porteurs d’une aura quasiment magique, un cénacle choisi, sacré, auquel j’espérais appartenir un jour.  Alors, je noircissais carnets et cahiers, sans jamais prendre le temps d’aller plus avant. Le travail, la vie… J’ai enseigné pendant vingt ans l’anglais et le français avec infiniment de bonheur, avant d’occuper d’autres fonctions plus administratives.

Jusqu’à ce qu’une rencontre m’amène à l’écriture de textes érotiques.

J’eus envie d’offrir  le cadeau d’une nouvelle illustrant un fantasme. L’idée sous-jacente étant de  jouer avec les « mots de la chose » sans sombrer dans une vulgarité que je réprouve, mais au contraire avec assez de délicatesse et de précision en même temps pour faire éprouver à mon seul lecteur certains émois. Je sus que l’objectif avait été atteint quand je fus priée de poursuivre dans cette voie.

Ainsi est né Amuse-Bouche et autres historiettes croustillantes.

Une lectrice m’a dit un jour, un sourire complice lui faisant briller les yeux, qu’elle avait déploré le fait d’avoir été seule en lisant mes petites histoires.

Ce qui m’est apparu comme un charmant compliment et encouragée à poursuivre…

L’EROTISME, CHEMIN DE LA CONNAISSANCE DE SOI :

La pâle heure sombre de la chair

L’écriture érotique, sans pour autant que cela ne soit une estampille qui me colle à la plume, permet de fouiller dans le plus intime de la seule activité humaine qui a pour but premier le plaisir et les joies que procure l’amour.
L’amour peut-il vivre sans le sexe ? Le sexe sans amour ? Jusqu’où la passion amoureuse peut-elle mener un homme et une femme ? Le sexe ne serait-il pas une addiction bien douce, auquel conduit immanquablement l’amour, le désir, la quête infinie du plaisir ? Et ce chemin ne mène-t-il pas également vers les facettes de la part la plus sombre de l’être humain ?

C’est à ces questions que j’ai tenté de répondre dans « La pâle heure sombre de la chair ». Le principe d’un chapitre formant à lui seul une nouvelle me plaît. Ainsi, le lecteur peut au gré des pages aller de l’un à l’autre, sans être perdu dans le déroulé du roman. En revanche, il découvrira l’histoire de la passion qui unit Julie et Simon et qui va les entraîner dans des impasses où les mythes et le fantastique vont venir se mêler à leur réalité si charnelle.