Amuse-bouche et autres historiettes croustillantes [Poche]

Page

Jusqu’où les caprices de son guide en érotisme vont-ils mener Julie-Anne ? Passionnément éprise de cet amant auquel elle semble se plier, elle fait elle-même le récit des aventures voluptueuses qu’elle multiplie pour tenter de s’en détacher, au risque de se perdre. Ses historiettes, qui peuvent être lues indépendamment au gré du hasard ou des envies, s’enchaînent néanmoins dans la narration de cette liaison singulière où se mêlent les émois de son coeur et de sa chair, les joies sensuelles éprouvées avec Lui, un autre… ou une autre. Maîtresse fantasmée que tout homme rêve de posséder, saura-t-elle devenir une femme qui soumet, se soumet ou décide en toute liberté ?

  • Poche: 205 pages
  • Editeur : Tabou (21 février 2011)
  • Collection : Vertiges tendance rose
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 291563579X
  • ISBN-13: 978-2915635799

 EXTRAIT:

DÉPART EN WEEK-END

……..C’est tout d’abord le parfum délicatement épicé de
ma voisine qui est venu de plus près exciter mes narines.
Puis, une main douce et sûre d’elle s’est glissée le long de
mes cuisses que je n’ai pu retenir de s’ouvrir légèrement.
Et sur ma bouche s’est posé comme un papillon le
délicieux velouté d’un sein rond et rebondi. J’ai juste eu
à entrouvrir mes lèvres pour en saisir une pointe avec
mes dents, la faisant durcir.
La belle rouquine m’a alors ôté mon masque, murmurant
à mon oreille que nous étions seules. Notre
compagnon de voyage était sorti pour fumer. Elle saisit
ma nuque, et tout en me faisant frissonner de ses
caresses habiles, a attiré ma bouche vers la sienne. Sa
langue a rencontré mes lèvres, cherchant la mienne, qui
ne demandait qu’à se mêler à elle. Ce baiser fut infiniment
long, et ses doigts fouissaient toujours mon entrecuisse,
tournant autour de mon sexe déjà offert.
C’était très suave, extrêmement voluptueux, agaçant
et je ne désirais plus qu’une chose : que cette main
trouve mon bouton, me pénètre pour une cajolerie plus
profonde.
Les lèvres imberbes de ma vulve commençaient à gonfler
de désir, et je me sentais déjà suinter. Ma compagne
s’agenouilla alors entre mes jambes qu’elle releva, repoussant
haut ma jupe. Mes mains s’égarèrent dans sa chevelure,
attirant son visage dont la bouche trouva bien vite
mon sexe ouvert. Elle le picora d’abord de baisers légers,
puis, sa langue se fraya un chemin pour lécher en un lent
va-et-vient mon bouton que je sentais pointer au bout de
sa petite hampe raidie. Je gémis de plaisir. Sans que je m’en
aperçoive, elle avait saisi un gode qu’elle commença à
enfoncer délicatement, faisant toujours jouer une langue
large et moelleuse sur mon clitoris frémissant.
Épousant la cadence du train, elle augmenta la vitesse de ses mouvements d’un poignet expert, plongeant
l’instrument qui imitait à merveille une queue de belle
taille et de beau diamètre au plus profond de mon vagin
ruisselant, qui palpitait, se contractait.
Je jouis brutalement quand elle força de son annulaire
mon petit trou. Le compartiment s’ouvrit. Notre
compagnon fumeur découvrit alors le tableau que nous
lui offrions. Il referma bien vite la porte sur lui, nous
sourit, complice immédiat…………….