Baiser d’amour, baiser d’extase…

Par défaut

lebaiser_1859 HayezAh le baiser… Qui ne se souvient du tout premier donné et reçu ? Celui qui ne s’oublie jamais, dont on a gardé intacts en mémoire le goût, la saveur, le plaisir, l’émotion suscitée de la découverte, l’émoi ressenti tandis qu’une langue, habile ou maladroite, franchissait les lèvres pour un envahissement troublant, prélude à d’autres jeux.

D’ailleurs, le verbe baiser a plusieurs définitions : Poser ses lèvres sur quelqu’un, quelque chose, en signe d’affection, d’amour, de respect , avoir des relations sexuelles avec quelqu’un et en langage populaire, il devient synonyme de tromper, duper, ce qui est paradoxal et remarquable dans le glissement de sens ! (Dictionnaire Larousse)

Curieusement, il apparaît que la littérature érotique se soit peu emparée du baiser, préférant sans doute aller droit au but dans le cash de la description de la « baise », dérivé de baiser… Qu’il soit doux, tendre, moelleux, long, émouvant, troublant, torride, langoureux, amoureux, fripon, fougueux, passionné, il est une étape incontournable souvent allègrement franchie pour que les langues aillent fouiner ailleurs. D’ailleurs, n’est-il pas remarquable que cette langue, en embrassant, devient sexe, sans cesser pour autant d’être « gustative et loquace »*. De fait, elle se fait sexe unique, hermaphrodite, le même pour les deux amants. Initiateur du désir, le baiser déclenche simultanément deux fonctions vitales : alimentaire et sexuelle.

L’ expression manger, dévorer de baisers prend alors tout son sens.

Tous ces baisers profanes sont proches du baiser sacré, qui ouvre la voie à l’extase mystique. Gautier de Coincy raconte que Marie apparut une nuit à ce sacristain qui lui était tant dévoué. En larmes, il sollicita de la visiteuse l’honneur de baiser ses pieds saints, ce à quoi elle répondit :

—  que jamais ne touche mes pieds ta sainte bouche (…), mais en ma face colorée, beau doux ami, me sied et me plaît que ta belle bouche me baise.

Extase de Ste Therese Bernin 2Les grandes mystiques européennes, expertes en baisers, sont allées plus loin dans les récits de leurs extases que les poètes. Ainsi, la « bienheureuse » italienne Marguerite de Faenza (XIIIè siècle) était coutumière des baisers bouche à bouche avec le Christ. Comme à la même époque Angèle, qui retrouvait dans la tombe son Amour, Jésus, pour un baiser sur la bouche, scellant l’union spirituelle par l’union charnelle. Toutefois, la sexualité des religieuses ne serait pas matière humaine mais divine. Ce sur quoi les ecclésiastiques ne sont guère loquaces, taisant les ardeurs et les emportements livrés dans le secret de la confession ! Pourtant, le seizième Livre du Cantique des Cantiques dans la Bible est un ode à la sensualité qui s’ouvre sur cette célèbre apostrophe :

— Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! (I – 2)

Comment en est-on donc venu à réprimer le baiser ? Dans l’Italie du XVIè siècle, un baiser volé pouvait à Florence entraîner l’exil ou la prison, et un siècle plus tard à Naples, c’est la décapitation que l’on encourait pour un baiser ! Heureusement, quelques téméraires bravèrent les interdits pour célébrer les plaisirs de la chair et des sens. Ainsi, Louise Labé, -au nom prédestiné pour une pécheresse !- dans ses Sonnets et Elégies ou Débat de folie et d’amour, osa donner une voix féminine à la flamme amoureuse:

« Baise m’encor, rebaise-moi et baise;

donne m’en un de tes plus savoureux;

donne m’en un de tes plus amoureux,

je t’en rendrai quatre plus chauds que braise. »

Et pour vous, qu’est-ce que le baiser ? Je crois, avec Maupassant que

« Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout. »

* Alexandre Arribas, Petite histoire du baiser (éditions Nicolas Philippe, mai 2003)

Illustrations : Hayez, Le Baiser (1859) Gian Lorenzo Bernini : Extase de Sainte Thérèse, détail

Église Santa Maria Della Vittoria de Rome

 

 

Les tabous ont la vie dure !

Par défaut

PhilaeWEBLa littérature érotique s’étale aux vitrines des librairies, aux rayons livres des grandes surfaces, voire parfois sur les affiches du métro parisien. Et pourtant…

Il se trouve que j’avais été conviée sur un salon du livre en province. Bien sûr, on me demande quelles sont mes publications récentes susceptibles d’être en relation avec le thème de l’année, à savoir « Biographie et Autobiographie ». Puisque Philae d’îles en ils, récit biographique romancé de Danaé B. que j’ai mis en mots vient de paraître (Éditions du 38, collection Paulette), je m’étais empressée de répondre favorablement à l’invitation, ravie à l’idée de présenter ce livre qui concorde parfaitement avec le sujet choisi par les organisateurs.

Las ! Cet ouvrage sent le soufre à plein nez ! L’héroïne, inconditionnelle du sexe -balançant de l’un à l’autre- narre un exceptionnel road-trip, au cours duquel elle s’adonne à tous les plaisirs, y compris ceux qui conduisent aux portes de l’enfer. Il s’agit donc d’un livre entrant dans la catégorie « érotisme ». Le mot est lâché, rien ne va plus.

Je suis donc priée de ne plus venir, car « le comité lecture a systématiquement écarté toutes les biographies ou autobiographies relevant de la littérature érotique. »  (sic)

Avec des précautions oratoires exquises des plus louables, on m’explique que le public est « familial« ,  » de tous âges« , et qu’il serait donc inconvenant que la bio  « d’une telle personne » puisse choquer les habitués du salon. Impossible de m’accueillir avec « ce genre de littérature » (re sic)

Je me suis donc empressée d’effacer de ma page Salons et Dédicaces l’annonce que j’y avais faite de cette manifestation à venir. Hors de question d’embarrasser qui que ce soit avec un livre par trop diabolique ! Cependant, je m’interroge : on n’a jamais autant exposé le sexe et le cul, mais il ne faut surtout pas proposer ce qui semble toujours être considéré comme un sous-genre littéraire. Je ne suis pas chagrine d’être empêchée de participer à un salon, mais très contrariée (euphémisme) de la persistance de tabous qui entravent toute liberté de choix des lecteurs et relèguent au cachot, comme le furent jadis Sade, Casanova, Wilde, tout récit à « connotation sexuelle explicite ».

Ôtez-moi d’un doute : ne sommes-nous pas au vingt-et-unième siècle, en 2017 ?

tabou