A PROPOS…

Par défaut

Érotisme et Littérature

Bienvenue sur ce site ! En parcourant ses pages, vous allez venir à la rencontre de l’auteur, découvrir mon univers littéraire.

Depuis 2011, mes romans et nouvelles ont été publiés chez divers éditeurs.

Presque tous sont dans la catégorie « Littérature érotique », bien que cela ne soit pas une marque de fixation unique.

Ce que je cherche à percer, c’est le mystère du désir qui mène aux jouissances du corps exultant et de l’esprit affolé.

Explorer, fouiller, triturer, tourner en tous sens, écorcher vives les arcanes de la sexualité humaine, aller jusqu’aux coulisses de sa frange la plus sombre, débusquer chez le personnage fictif les faiblesses, les fragilités, les peurs et les réminiscences enfouies que cachent ses désirs… Tout cela me passionne.

Souvent, amour et mort deviennent amants à leur tour, la dérive s’amorce vers le fantastique quand la relation amoureuse tourne à l’aigre, trop souvent submergée par une passion forcément destructrice.

Les émotions du cœur en quête de l’amour de cet autre unique et multiple chahutent et chamboulent celles des sexes jusqu’à les propulser cul par-dessus tête !

Écrire érotique est un défi. Il ne s’agit pas seulement d’amener le lecteur à lire d’une main mais de le séduire avec les mots de cette prodigieuse force vitale qui fait tout droit grimper au septième ciel ou conduit aux bas-fonds d’un enfer où la luxure règne en Maîtresse.

Promenez-vous, venez me rencontrer cet été ici ou là sur les salons du livres, chez les libraires.

Pour me contacter: rendez-vous sur l’onglet « contact » ou bien: julieanne.desee@gmail.com

Mes livres:

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

******************************

20160731_082124

(*)

Qui je suis

Après une cinquantaine d’années de vie parisienne,  je réside à présent sur les côtes de la Manche, dans un village campagnard niché au creux de  la baie du Mont Saint Michel.

Le  plaisir que j’éprouve à y vivre est une surprise constante. En effet, si ma mère était normande, j’ai été élevée dans l’amour fou du soleil, de la Méditerranée et de la terre catalane si chers à mon père.

Ces origines familiales qui font le grand écart sur la carte de France m’avaient toujours fait pencher vers le sud, me faisant ressentir que coulait  dans mes veines davantage de sang méditerranéen que viking …

Tout ce qui s’apparente au blason d’or à quatre pales de gueule  me réjouit.
Avec une attirance particulière aussi pour l’Espagne, le sol andalou chargé d’histoire, de mixités culturelles si riches, sauvage, cruel aussi, sous un soleil écrasant, dans des jeux violents d’ombre et de  lumière.

Alors, résider dorénavant au bord d’une mer qui ne cesse d’aller et venir quand elle fait l’amour avec la lune, sous un ciel qui  oublie d’être bleu et larmoie si souvent relevait presque de la gageure.
Pourtant, je me sens en osmose avec cette nature  verdoyante,  ces paysages tranquilles tout droits sortis d’un Constable et qui invitent au calme de l’esprit et de l’âme.

L’enfance et la jeunesse catalanes ne sont plus. La maturité venue, j’ai troqué les vigatanes (*)  à danser des sardanes pour les pieds nus dans le sable, dans le vent et les embruns qui déposent sur les lèvres des douceurs salées.

(*) vigatanes : espadrilles catalanes dont le laçage remonte sur la cheville et le mollet, que l’on porte pour danser la sardane, danse « nationale » des catalans.

(*) Léo Dabat, Chapelle Notre-Dame-de-la Salette, Banyuls-sur-mer

(1945)